Engagement Bien-Être Animal

La démarche de tous les acteurs mobilisés au quotidien pour le bien-être de leurs animaux

453

Animaux suivis

153

Soigneurs mobilisés

Une des démarches les plus exigeantes en France

Plus qu’un label
L’engagement de toute une équipe

Soigneurs-animaliers, vétérinaires, directeur… au zoo, chacune de ces personnes à un rôle essentiel pour assurer le bien-être des animaux ! La démarche EBEA c’est quoi ?

  • Un engagement de l’ensemble de l’équipe animalière : offrir les meilleures conditions possibles aux animaux, au travers les aménagements d’enclos, l’alimentation, les soins quotidiens, les enrichissements, les soins vétérinaires, etc.
  • Une collaboration entre les équipes des parcs et des scientifiques externes spécialistes du bien-être, afin de réaliser un suivi de façon régulière.

La démarche

Notre approche du suivi et d’évaluation du bien-être animal se démarque par son caractère holistique qui permet une amélioration progressive et durable du bien-être animal. Notre démarche repose sur 6 grands principes fondateurs :

  • Un engagement de TOUTE l’équipe animalière
  • Une évaluation trimestrielle des animaux
  • Une approche scientifique
  • La prise en compte des spécificités de chaque espèce
  • Une formation continue des utilisateurs
  • Le soutien de spécialistes du comportement et du bien-être animal

Toute l'année, et par toute l'équipe
grâce à une appli mobile

Face aux contraintes rencontrées sur le terrain, une application mobile a été développée spécifiquement pour faciliter la mise en place de l’évaluation du bien-être animal et rendre plus efficace son suivi. Autant de temps gagné par les utilisateurs pour effectuer encore plus d’actions auprès des animaux (création d’enrichissements, de nouvelles structures, sessions de training, etc.)

Une démarche scientifique

Le protocole utilisé dans la démarche EBEA est basé sur le projet Welfare Quality®, modèle scientifique reconnu pour l’évaluation du bien-être chez les animaux de ferme, et transposé ici chez les espèces de la faune sauvage. Les ressources et le contenu sont actualisés au fil des publications scientifiques et institutionnelles.

Pour aller plus loin

Vous n'avez pas trouvé la réponse à votre question?

Contactez-nous

Aujourd’hui, les connaissances scientifiques ont évolué et nous savons que beaucoup d’espèces ressentent des émotions, peuvent avoir des liens très spécifiques et très forts avec leurs congénères, et ont des capacités cognitives que nous avions sous-estimées par le passé. En captivité, les animaux sont dépendants de l’humain, et nous avons donc la responsabilité éthique d’offrir un milieu de vie qui permet à chaque espèce de satisfaire ses besoins spécifiques. Il est donc essentiel de s’assurer que nous fournissons aux animaux dont nous avons la charge toutes les conditions nécessaires à leur bien-être. Par ailleurs, le bien-être est un état fluctuant au cours du temps, et les besoins des animaux peuvent changer au cours du temps (maturité sexuelle, animal âgé, changement au sein du groupe, etc.). Il faut donc s’assurer régulièrement que les conditions de vie de l’animal correspondent à ses besoins, et ainsi effectuer régulièrement des suivis et des évaluations du bien-être.

Si une bonne santé physique est indispensable au bien-être d’un animal, elle n’est pas suffisante. En effet, le bien-être dépend des expériences subjectives (émotions) de l’animal et de la perception qu’il se fait de son environnement. Puisqu’il s’agit d’un état mental et que celui-ci ne peut être directement mesuré, l’évaluation du bien-être animal utilise donc toute une série d’indicateurs basés sur l’environnement physique et social (enclos, aménagements, groupe social, etc.) ainsi que l’animal lui-même (son comportement, son état de santé, etc.). Enfin, l'évaluation du bien-être animal utilise une approche comparative qui se base sur des valeurs de références. Il est en effet essentiel de savoir ce qui est « normal » biologiquement pour une espèce ou un individu, pour pouvoir évaluer son état de bien-être. Il est donc nécessaire de collecter des informations dans la littérature sur la biologie de l’espèce (standards physiologiques, budget-temps, etc.) et d’effectuer un suivi sur le long-terme pour pouvoir repérer une éventuelle dégradation ou amélioration de l’état de bien-être d’un animal.

Une évaluation du bien-être peut se baser sur des questionnaires (complétés par l’équipe animalière ou des observateurs neutres) ou/et des observations comportementales directes. Les modifications du comportement sont en effet parmi les premiers indicateurs d’un état de mal-être. L’éthologie (la science qui étudie le comportement animal) et sa méthodologie s'avèrent être de précieux outils complémentaires du suivi vétérinaire.

Le bien-être est un état individuel et variable au cours du temps – ainsi, il est nécessaire de faire des évaluations régulières des animaux, si possible plusieurs fois par an. Pour être la plus exhaustive possible, notre démarche combine à la fois un questionnaire (quelles sont les conditions de vie offertes à l’animal) et une observation comportementale (quelles sont les activités réelles de l’animal dans sa vie quotidienne). Ce questionnaire comprend 80 questions portant sur 4 domaines (l’hébergement, l’alimentation, la santé et le comportement de l’animal), incluant des photos (de l’aménagement de l’enclos, des enrichissements présents, etc.). Les sessions d’observations permettent de rendre compte avec précision et de manière objective du comportement de l’animal évalué. Ces deux approches sont combinées dans une même application mobile, qui permet non seulement de gagner du temps lors de l’évaluation (toutes les réponses sont directement enregistrées et analysées) mais aussi d’inclure toute l’équipe dans ce suivi : chacun peut télécharger l’application sur son téléphone et réaliser l’évaluation à tout moment de la journée.

Notre équipe d’éthologues apportent son soutien tout au long de l’année pour soutenir nos partenaires dans leur démarche d’amélioration du bien-être de leurs animaux.

Après chaque évaluation, les points forts et les points faibles sont identifiés pour permettre à l’équipe animalière de mieux cibler les actions prioritaires à mettre en place. L’équipe se fixe alors des objectifs à court et moyen terme et lors de la prochaine évaluation les progrès peuvent déjà apparaitre. Cela peut se traduire par exemple par la mise en place de nouvelles barrières visuelles, par une diversité d’enrichissements proposés, par une rénovation des structures ou des abris, par un changement de présentation de la nourriture, etc. Les évaluations régulières garantissent une amélioration progressive et durable du bien-être des animaux évalués. Ce sont donc avant tout les animaux qui bénéficient de ces évaluations.

Le suivi va permettre à une équipe de savoir comment concentrer ses efforts pour assurer le bien-être des animaux – en d’autres termes, est-ce que les efforts fournis sont, d’un point de vue de l’animal, ce qu’il y a le plus bénéfique pour lui ?

En effet, les journées ne sont pas extensibles et il n’est pas toujours évident de fournir des enrichissements adaptés à chaque individu quand on doit à la fois gérer un groupe de 25 flamants, un tigre qui vit seul, un rhinocéros qui va bientôt être transféré dans un autre parc, un groupe de primates âgés, etc. Grâce à ce suivi régulier, les équipes ajustent en permanence leurs actions et les objectifs sont toujours déterminés avec les équipes. L’utilisation de l’application mobile permet un gain de temps et d’efficacité par rapport à des évaluations en format papier. Autant de temps gagné qui peut être investi dans plus d’actions auprès des animaux !

N’oublions pas que ces évaluations permettent aussi de souligner les bonnes pratiques que l’équipe a déjà mises en place et contribuent à les encourager à les maintenir. Cette reconnaissance de leur travail ainsi que la satisfaction que peut ressentir l’équipe, en voyant leurs efforts porter leurs fruits, est elle-même une source de bien-être sur leur lieu de travail.

Soigneurs, vétérinaires, directeurs

Ils prennent la parole
sur leur engagement

David, Soigneur animalier

La mise en place du suivi nous a permis d’avoir une vue d’ensemble et nous a aider à établir les priorités. La ré-organisation des nourrissages et des zones d’alimentation ont eu une influence positive sur le comportement de nos primates dès les premières semaines !

Amelie, Ethologue à AKONGO

Le fait de travailler avec plusieurs parcs en France et en Europe nous permet de transmettre des idées, de faire des retours d’expériences aux équipes et de tester avec eux de nouveaux aménagements d’enclos ou de nouveaux enrichissements.

157

Professionels engagés

365

Animaux évalués

180

Evaluations réalisées

1362

Observations réalisées